Pourparlers avec les Talibans à Oslo

Les pays occidentaux doivent se coordonner avec les Talibans, quelle que soit leur opinion sur l’idéologie de haine et de violence de ces derniers. Pour l’instant, les talibans sont incontournables, si nous voulons que notre aide soit apportée aux populations afghanes les plus isolées, qui ont désespérément besoin de secours. C’est ce que Thomas Lund, de Norvège, nous présente comme un devoir humain

Corridor afghan du Wakhan: pas de violences talibanes mais une survie délicate et des inquiétudes pour l’avenir

Le 13 décembre 2021, nous avons eu une conversation avec un citoyen afghan vivant au milieu du corridor du Wakhan. Il indique que la situation, sous l’ordre taliban, est calme et sans violences. Mais il fait aussi part des difficultés rencontrées en raison de conditions de subsistance dégradées. Il partage ses inquiétudes, quant au fait que le contexte actuel n’offre pas de perspectives pérennes pour l’avenir.

Réfugiés afghans du Wakhan dans la vallée pakistanaise de Chapursan

A la mi-octobre 2021, un groupe d’au moins 18 locuteurs wakhis du district du Wakhan au nord de l’Afghanistan a traversé la frontière et est arrivé dans la vallée “voisine” de Chipursan (aussi écrit Chapursan, Chipurson ou Chapurson). Chipusan est située dans la sous-division du Gojal appartenant au district de la Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan. Elle partage une frontière directe avec le Wakhan afghan.

L’école primaire de Rowrung dans le Wakhan afghan à la recherche de soutiens

Asad Wakhi, un jeune homme afghan, nous présente un projet portant sur une école primaire. Celle-ci située dans un des endroits les plus froids d’Afghanistan a besoin de soutien. L’activiste nous a transmis des photos très parlantes, qu’il a prises au cours de la dernière semaine d’octobre 2021, et a répondu à nos questions. Dans cet article, nous essaierons de rester factuels. Cependant, ce qui est rapporté ne peut pas nous laisser indifférents.

L’angoisse des guides/traducteurs et fixeurs pamiris dans le Corridor du Wakhan afghan

En Europe, on entend parler des interprètes des forces étrangères, des sportifs, en particulier des sportives, des musiciens, des danseurs, etc. menacés ou tués par les taliban. Mais il y a aussi une catégorie dont l’existence est compromise. C’est celle des guides qui prenaient en charge les visiteurs étrangers.

“Comment un soldat peut-il, du jour au lendemain, devenir taliban ?”

La chute du Wakhan : première partie Par: Gohar Abbas
Cet article est la première partie d’une série basée sur des conversations tenues avec les habitants du Corridor du Wakhan sur une période de deux mois. Les échanges étaient en langue wakhie et ont été modifiées pour plus de clarté. Les noms des personnes ont été changés pour éviter leur identification.

Afghanistan : racket Taliban et installation de commandos kamikazes à Ishkashim ainsi que dans le corridor du Wakhan

Selon un témoin local, les Taliban vivent au détriment des populations tadjikes pauvres d’Ishkashim et du couloir afghan de Wakhan. Ils auraient fait venir des forces d’autres régions du pays ainsi que des commandos kamikazes. Cela pourrait s’expliquer par les tensions qui existent avec le Tadjikistan.

Moyens de subsistance du Wakhan Afghan. La route vers l’enfer

La vie a toujours été très difficile dans le corridor du Wakhan. C’est l’une des régions les plus pauvres d’un des pays les plus pauvres du monde, l’Afghanistan. Cependant, jusqu’à récemment, c’était un endroit sûr et paisible. L’invasion talibane a démantelé le fragile équilibre qui permettait à la population de satisfaire ses besoins quotidiens raisonnables et limités.

Comment une région déshéritée d’Afghanistan sombre dans la famine sous la férule des Taliban ?

Originally posted on Bernard Grua | Blog:
Il s’agit d’un témoignage direct exceptionnel mais alarmant provenant d’une région afghane reculée et oubliée de tous. Loin des médias, la vie rude et démunie des populations locales est transformée, par les Talibans, en une déréliction et une misère extrême. Pris au piège dans un confinement implacable, les habitants…