Corridor afghan du Wakhan: pas de violences talibanes mais une survie délicate et des inquiétudes pour l’avenir

Cover image CC Tom Hartley at Wikipedia

Le 13 décembre 2021, nous avons eu une conversation avec un citoyen afghan vivant au milieu du corridor du Wakhan. Il indique que la situation, sous l’ordre taliban, est calme et sans violences. Mais il fait aussi part des difficultés rencontrées en raison de conditions de subsistance dégradées. Il partage ses inquiétudes, quant au fait que le contexte actuel n’offre pas de perspectives pérennes pour l’avenir.

Bien que nous connaissions personnellement cet interlocuteur et que nous n’ayons aucune raison de remettre en cause son témoignage, nous tenons à souligner que nous n’avons pas eu la possibilité de vérifier ses déclarations, sachant que la perception de la réalité peut différer d’une personne à l’autre, surtout dans une région isolée et segmentée, confrontée à l’hiver et à de mauvaises possibilité de transmission. Il se peut aussi que nous ayons mal compris ce qui nous a été dit oralement. Nous partageons néanmoins les nouvelles que nous avons reçues pour ceux qui se sentent concernés par le sort du lointain corridor afghan du Wakhan. Le texte de cet article a été relu par l’interviewé.

Une situation non conflictuelle

Les talibans, dans le corridor du Wakhan, sont des talibans tadjiks du district de Warduj (province du Badakhsha). Ils sont basés à Khundud (également orthographié Khandud, moyen Wakhan). Ils entrent peu fréquemment dans les villages du Wakhan. La communication est possible entre la population locale et les talibans. Il y avait déjà eu des contacts par le passé, avant la chute, entre Warduj, sous le régime taliban, et le corridor du Wakhan, sous le régime de la République. De plus, il n’y jamais eu d’actions militaires dans et depuis le Wakhan contre les talibans. Un certain niveau de confiance existe donc des deux côtés.

Warduj

Khundud

Une vie difficile et des inquiétudes pour le futur

D’après ce qui est présenté ci-dessus, les habitants ne craignent pas pour leur vie. Mais le prix des produits de base est très élevé, tandis que les revenus ont baissé. La monnaie afghane par rapport au dollar est faible. Toutes les frontières du Wakhan sont fermées avec le Tadjikistan, la Chine et le Pakistan, en raison de décisions politiques ou en raison des conditions météorologiques. Même le col d’Irshad (4 977 m) est inaccessible en raison du niveau de la neige. Les gens s’inquiètent pour l’avenir. La situation actuelle est calme mais n’est pas durable sur le long terme pour des questions telles que la situation économique, l’éducation, etc. De plus, il existe des inquiétudes quant au fait que le contexte pacifique pourrait devenir moins stable.

Frontière d’Ishkashim entre le Badakhshan Tadjik et le Wakhan afghan. Le marché du no man’s land est vital pour le commerce entre les deux communautés. Il est fermé.

Le col d’Irshad (4 799 m) entre HautWakhan/Pamir et la vallée de Chipurson (Pakistan) est fermé.

Le problème de l’environnement

Si les talibans décident d’abattre la faune protégée, personne ne pourra les arrêter. Mais, de nos jours, le chef des taliban du Wakhan s’oppose à la chasse illégale. Les talibans s’opposent également à la collecte de bois ou de buissons dans la montagne, pour contenir l’érosion. Cependant, avec les déjections animales, c’est le seul combustible disponible. Il n’y a ni électricité ni gaz dans le Wakhan.

Le mouton de Marcopolo, une espèce menacée, en Afghanistan

La panthère des neiges, une espèce menacée, en Afghanistan

Frictions frontalières avec le Pakistan, conséquences pour les locaux

A Broghil, l’armée pakistanaise a construit trois poteaux frontaliers en béton. Des ouvriers wakhis locaux ont été embauchés pour cette construction. Les poteaux sont érigés à 300 mètres à l’intérieur du Wakhan afghan. Les talibans veulent punir les travailleurs wakhis impliqués dans ce travail.

Le col de Broghil (3 882 m) est l’un des deux cols (avec le col d’Irshad) entre le Wakhan afghan et le Pakistan.

Autres articles sur ce site web concernant le corridor du Wakhan

Discussions with Taliban about Wakhan, Tribune by Thomas Lund - Pamir Institute

Pourparlers avec les Talibans à Oslo

Les pays occidentaux doivent se coordonner avec les Talibans, quelle que soit leur opinion sur l’idéologie de haine et de violence de ces derniers. Pour l’instant, les talibans sont incontournables, si nous voulons que notre aide soit apportée aux populations afghanes les plus isolées, qui ont désespérément besoin de secours. C’est ce que Thomas Lund, de Norvège, nous présente comme un devoir humain

Lire plus…
Un groupe d'au moins 18 locuteurs wakhis du district du Wakhan au nord de l'Afghanistan a traversé la frontière et est arrivé dans la vallée "voisine" de Chipursan (aussi écrit Chapursan, Chipurson ou Chapurson). Chipusan est située dans la sous-division du Gojal appartenant au district de la Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan. Elle partage une frontière directe avec le Wakhan afghan.

Réfugiés afghans du Wakhan dans la vallée pakistanaise de Chapursan

A la mi-octobre 2021, un groupe d’au moins 18 locuteurs wakhis du district du Wakhan au nord de l’Afghanistan a traversé la frontière et est arrivé dans la vallée “voisine” de Chipursan (aussi écrit Chapursan, Chipurson ou Chapurson). Chipusan est située dans la sous-division du Gojal appartenant au district de la Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan. Elle partage une frontière directe avec le Wakhan afghan.

Lire plus…
Asad Wakhi, an Afghan young man, introduced to Pamir Institute a project about a primary school, 1 to 3 level. It needs support in one of the coldest places of Afghanistan. He transmitted us pictures that he took during last week of October 2021. Asad answered some questions from us. In this article, we will try to stay factual. Though, what is reported will provoke emotion for any normally sensible reader.

L’école primaire de Rowrung dans le Wakhan afghan à la recherche de soutiens

Asad Wakhi, un jeune homme afghan, nous présente un projet portant sur une école primaire. Celle-ci située dans un des endroits les plus froids d’Afghanistan a besoin de soutien. L’activiste nous a transmis des photos très parlantes, qu’il a prises au cours de la dernière semaine d’octobre 2021, et a répondu à nos questions. Dans cet article, nous essaierons de rester factuels. Cependant, ce qui est rapporté ne peut pas nous laisser indifférents.

Lire plus…
Pamir Institute: How can a soldier overnight become a Taliban

“Comment un soldat peut-il, du jour au lendemain, devenir taliban ?”

La chute du Wakhan : première partie Par: Gohar Abbas
Cet article est la première partie d’une série basée sur des conversations tenues avec les habitants du Corridor du Wakhan sur une période de deux mois. Les échanges étaient en langue wakhie et ont été modifiées pour plus de clarté. Les noms des personnes ont été changés pour éviter leur identification.

Lire plus…

Loading…

Something went wrong. Please refresh the page and/or try again.

Published by Afghan Contributors

Afghan contributors and authors whose identity is protected, on Pamir Institute wbsite, for safety purposes.

One thought on “Corridor afghan du Wakhan: pas de violences talibanes mais une survie délicate et des inquiétudes pour l’avenir

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: