Moyens de subsistance du Wakhan Afghan. La route vers l’enfer

Pamir Institute Life has always been very difficult in Wakhan. It is one of the poorest regions of Afghanistan, one of the poorest countries of the world. Until recently, it was safe and peaceful. The fall of Wakhan dismantled the fragile balance which allowed the population to satisfy its reasonable and limited daily needs.

Image de couverture par Asad Wakhi

La vie a toujours été très difficile dans le corridor du Wakhan. C’est l’une des régions les plus pauvres d’un des pays les plus pauvres du monde, l’Afghanistan. Cependant, jusqu’à récemment, c’était un endroit sûr et paisible. L’invasion talibane a démantelé le fragile équilibre qui permettait à la population de satisfaire ses besoins quotidiens raisonnables et limités.
Asad Wakhi est un jeune homme de Qalah e Panja, dans le centre du Wakhan afghan. Il nous a donné un aperçu direct du péril auquel son peuple est confronté.
Asad Wakhi

Asad Wakhi est un jeune homme de Qalah e Panja, dans le centre du Wakhan afghan. Il nous a donné un aperçu direct du péril auquel son peuple est confronté.

Le revenu des éleveurs s’est effondré. Le prix des achats externes explose.

Vous devez comprendre que notre économie est basée sur le troc. Ma famille est éleveuse. Nos revenus externes proviennent de notre bétail. L’unité de mesure est le yak. Mais sa valeur a sombré.

L’année dernière, la valeur d’un yak était de 45 000 Afghanis. Elle est désormais de 30 000 Afghanis. L’année dernière, un mouton valait 10 000 Afghanis. Il est maintenant à 5 000 Afghanis. Cette situation est encore pire si vous convertissez en dollars. Auparavant, les prix de notre production se tenaient à un niveau raisonnable, car le surplus était envoyé à Kaboul, au Tadjikistan ou au Pakistan. Aujourd’hui, ce flux est coupé à cause des problèmes de sécurité sur les routes afghanes et à cause de la fermeture des frontières.

Pendant ce temps, les prix des biens achetés font face à une augmentation spectaculaire. L’année dernière, un litre d’huile de cuisine coûtait 100 Afghanis. Il arrive, maintenant, à 250 Afghanis. L’année dernière, un kilo de riz, se vendait 200 Afghanis, on le trouve, aujourd’hui, à 400 afghanis. Le litre d’essence est passé de 40 Afghanis à 80 Afghanis. Ici aussi, le changement de prix vient de la fermeture des frontières et des problèmes de sécurité.

Asad Wakhi, Qala e Panja, 8 octobre 2021

Voici un résumé des valeurs données par Asad.

ProduitUnité20202021Variation
de prix
YakAfghanis45 00030 000-33%
MoutonAfghanis10 0005 000-50%
Huile/litreAfghanis100250150%
Riz/kiloAfghanis200400100%
Essence/litreAfghanis4080100%
Évolution des prix selon Asad Wakhi (données originales, non confirmées ou infirmées par d’autres sources)

L’impact tragique des variations de prix simultanées et opposées

Si l’on combine ces informations liées au bétail « vendu » avec celles relatives aux biens « achetés », on comprend comment la situation est, tout d’un coup, devenue dramatique pour les éleveurs afghans du Wakhan.

Comparaison de la valeur du yak par produit troqué entre 2020 et 2021

Contrepartie par yak  2020  2021  Valeur 
d’un yak
Multiplication 
des prix par
Huile/litre450120-73%4
Riz/kilo22575-67%3
Essence/litre1 125375-67%3

  Comparaison de la valeur du mouton par produit troqué entre 2020 et 2021 

Contrepartie par mouton  2020  2021  Valeur d’un
mouton
 Multiplication 
des prix par
Huile/litre10020-80%5
Riz/kilo5013-75%4
Essence/litre25063-75%4

Le yak a perdu entre 67% et 73% de sa valeur pour ce qui est du troc contre des biens externes. Le mouton, quant à lui, à perdu entre 75 et 80 % de leur valeur.

 Pour les éleveurs afghans du Wakhan, les prix réels des marchandises achetées ont donc été multipliés par un facteur compris entre TROIS et CINQ !

Rappelons qu’avant la situation actuelle, l’économie afghane du Wakhan était déjà une économie de survie. Pour subvenir à leurs besoins les plus élémentaires, les éleveurs de Wakhan devront vendre leur capital, le bétail. À court terme, cela signifie simplement qu’ils n’auront aucune source de revenu et aucune nourriture. Même si la chute de Wakhan s’est déroulée presque sans violence, elle risque bien d’avoir la dimension tragique d’une catastrophe humanitaire.

À lire aussi : Comment une région pauvre d’Afghanistan sombre dans la famine sous la férule des Taliban
 

L’hiver viendra.

La nourriture est un souci. Le froid en sera un autre. Les hivers sont particulièrement rigoureux. Qalah e Panja, au milieu de la vallée est déjà à une altitude de 2 794 m. Le couloir du Wakhan est parcouru de violente brises glacées.

Les vêtements [surtout pour les enfants], sont un autre problème. Nous devons les acheter. Chaque année, beaucoup de neige tombe. Se déplacer d’un endroit à un autre [pour l’élevage du bétail, pour la collecte du combustible, pour la vente ou l’achat de marchandises] représente de grosses difficultés.

Asad Wakhi, Qala e Panja, 8 octobre 2021
Pamir Institute; Une jeune fille de Qalah e Panja avec du bétail en hiver - Photo par Asad Wakhi
Une jeune fille de Qalah e Panja avec du bétail en hiver – Photo par Asad Wakhi

Malgré les circonstances, une forte détermination pour les études

De nos jours, les communications externes sont limitées. Lire : Avec des frontières fermées, le Wahan afghan doit désormais compter sur la solidarité des citoyens tadjiks pour le téléphone et l’internet. Asad est désireux d’étudier et fait des efforts importants pour son instruction. Il a été remarqué par l’Université d’Asie centrale. Il souhaite sincèrement rejoindre cette institution.

University of Central Asia : Marcheriez-vous 80 minutes dans chaque sens pour pouvoir apprendre une nouvelle langue ? Assad Wakhani le fait. Alors que certains d’entre nous ont le luxe d’avoir des informations à portée de main, Assad doit marcher une heure et 20 minutes dans chaque sens pour se connecter à un réseau mobile qui lui permet de rejoindre un cours d’anglais en ligne proposé par la School of Professional and Formation continue (SPCE) à Faizabad. Assad est originaire du district du Wakhan (également connu sous le nom de corridor du Wakhan), la région la plus reculée de Badakhshan, située près des montagnes du Pamir dans le nord-est de l’Afghanistan. Afin de participer au cours en ligne dispensé par Abdul Saboor Farid de la SPCE, Assad doit se rapprocher de la frontière tadjike et utiliser une carte SIM tadjike pour rejoindre le réseau. Il reconnaît que le trajet – un total de 160 minutes vers et depuis la frontière – est difficile. Mais il sent aussi que le sacrifice en vaut la peine et qu’il mérite de recevoir une éducation. « Je suis très heureux de pouvoir avoir une telle opportunité. Il n’y a pas de différence entre les cours en ligne et hors ligne, [en fait, en ligne] vous avez plus de temps pour partager vos réflexions, être plus actif et en apprendre davantage », dit-il.

« Je tiens à remercier tous ceux qui travaillent et soutiennent de tels programmes dans le Badakhshan. » L’histoire d’Assad ne vous inspire-t-elle pas et ne prouve-t-elle pas que rien n’est impossible si vous y mettez tout votre cœur ?

Asad étudiant le long du Panj grace au réseau tadjik

Cependant, le rêve d’instruction d’Asad semble devenir inatteignable. Au cours des étés précédents, il a pu guider des voyageurs étrangers dans le paisible Wakhan afghan et dans le Pamir. Cela l’a aidé à vivre et à étudier à Fayzabad. En 2021, compte-tenu des événements, il n’y a eu aucun visiteur. Par ailleurs, sa famille, qui lutte déjà pour survivre, ne peut être, de nos jours, d’aucun soutien.

Écoutons le :

A qui puis-je, s’il vous plaît, m’adresser ?
Il me faut d’aide pour mes études.
J’ai besoin chaque semestre d’environ 150 $ pour mon université.
Et chaque mois d’environ 60 $ pour ma nourriture et mes vêtements.

Asad Wakhi, Qala e Panja, 8 octobre 2021

Si vous voulez faire quelque chose pour Asad, vous pouvez le contacter.
Facebook : Assad Wakhi
Courriel : asadwakhi@gmail.com
WattsApp : +992 501 880 884
Téléphone : +93 792 238 832

Mise à jour : 2021/10/09

Selon certaines informations non confirmées et contestées par Asad, le très isolé col d’Irshad (4 977 m) resterait ouvert pour des caravanes d’altitudes entre le Pamir afghan et une haute vallée du Pakistan.

Annexe, variation de l’Afghani par rapport au Dollar

Variation sur un an. Il ne semble pas y avoir de mise à jour depuis la mi-août 2021
Licence Creative Commons
Subsistances du Wakhan Afghan. La route vers l’enfer de Pamir Institute est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://pamirinstitute.org/2021/10/10/subsistances-du-wakhan-afghan-la-route-vers-lenfer.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://pamirinstitute.org/contact.

Autres articles en français sur ce site concernant la crise afghane

Un groupe d'au moins 18 locuteurs wakhis du district du Wakhan au nord de l'Afghanistan a traversé la frontière et est arrivé dans la vallée "voisine" de Chipursan (aussi écrit Chapursan, Chipurson ou Chapurson). Chipusan est située dans la sous-division du Gojal appartenant au district de la Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan. Elle partage une frontière directe avec le Wakhan afghan.

Réfugiés afghans du Wakhan dans la vallée pakistanaise de Chapursan

A la mi-octobre 2021, un groupe d’au moins 18 locuteurs wakhis du district du Wakhan au nord de l’Afghanistan a traversé la frontière et est arrivé dans la vallée “voisine” de Chipursan (aussi écrit Chapursan, Chipurson ou Chapurson). Chipusan est située dans la sous-division du Gojal appartenant au district de la Hunza, Gilgit-Baltistan, Pakistan. Elle partage une frontière directe avec le Wakhan afghan.

Keep reading
Asad Wakhi, an Afghan young man, introduced to Pamir Institute a project about a primary school, 1 to 3 level. It needs support in one of the coldest places of Afghanistan. He transmitted us pictures that he took during last week of October 2021. Asad answered some questions from us. In this article, we will try to stay factual. Though, what is reported will provoke emotion for any normally sensible reader.

L’école primaire de Rowrung dans le Wakhan afghan à la recherche de soutiens

Asad Wakhi, un jeune homme afghan, nous présente un projet portant sur une école primaire. Celle-ci située dans un des endroits les plus froids d’Afghanistan a besoin de soutien. L’activiste nous a transmis des photos très parlantes, qu’il a prises au cours de la dernière semaine d’octobre 2021, et a répondu à nos questions. Dans cet article, nous essaierons de rester factuels. Cependant, ce qui est rapporté ne peut pas nous laisser indifférents.

Keep reading

Régis Genté: “L’Asie centrale n’est pas une poudrière islamiste en voie de radicalisation”

Il y a près de deux mois, l’intégralité de l’Afghanistan tombait sous le joug des talibans, y compris des secteurs reculés où ils n’avaient jamais pris pied, tels que le Corridor du Wakhan. Spécialiste de l’Asie Centrale, Régis Genté était un des mieux à même d’en anticiper les éventuelles répercutions sur la stabilité de cette partie du monde, ainsi que d’en évaluer l’importance géostratégique, concernant notamment la Turquie, proche allié du Pakistan, sponsor majeur des talibans.

Keep reading

Loading…

Something went wrong. Please refresh the page and/or try again.

Published by Bernard Grua

Graduated from Paris "Institut d'Etudes Politiques", financial auditor, photographer, founder and spokesperson of the worldwide movement which opposed to the delivery of Mitral invasion vessels to Putin's Russia, contributor to French and foreign media for culture, heritage and geopolitics.

2 thoughts on “Moyens de subsistance du Wakhan Afghan. La route vers l’enfer

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: